Quand la verdure mène à la culture

Avec les beaux jours, les Levalloisiens viennent se détendre dans l’écrin de verdure qu’est le parc de la Planchette. Ce havre de paix est agrémenté de statues et monuments.

Nous allons vous raconter l’histoire des statues et monuments érigés dans son enceinte, à l’exception de celles devant le Club de la Planchette.

Tout d’abord un peu d’histoire.

Le 30 juin 1924, la Ville de Levallois achète 49 932 m² de terrains de l’ancien domaine de la Planchette à une  société civile immobilière.

La municipalité souhaite aménager un parc en centre-ville car la commune est alors totalement dépourvue d’étendues aérés et verdoyantes.

Des illustrations de l’histoire de Levallois.

Après l’acquisition des terrains du domaine de la Planchette et le souhait de le transformer en jardin public, la question de sa décoration s’est posée. Au sein du parc, il est possible de voir des statues et monuments qui sont directement liés à l’histoire de la Ville et des Levalloisiens.

Le buste de Louis Rouquier

Entre l’entrée de la rue Maryse Hilsz et celle du parc de jeux pour enfants, adossé à un bouquet d’arbustes, nous découvrons le buste de Louis Rouquier. Cette réalisation vient honorer sa mémoire.  Louis Rouquier  est Maire de Levallois de 1919 à 1939. Il est aussi conseiller général,  puis député jusqu’en 1932. Il décède au cours de son quatrième mandat, le 23 novembre 1939.

Un mois après son décès, le Conseil municipal délibère pour donner son nom à une rue mais aussi au parc de la Planchette, car il est considéré comme l’une des plus belles réalisations urbaines de ses mandats. Ce parc porte son nom jusqu’en 1992, car malgré cette délibération de 1939, les Levalloisiens ont toujours dénommé ce lieu « Parc de la Planchette », et non « Parc Louis Rouquier ».

Louis_Rouquier0001.jpgCe buste en bronze  est l’œuvre du sculpteur Perrotte. Il est installé sur un socle dans le parc en 1954. Dans la nuit du 24 au 25 avril 1954, ce buste est volé. Il sera retrouvé quelques jours plus tard, abandonné sur un trottoir de Levallois.

 

 

Monument en hommage à Maryse Hilsz

Au centre du parc, à la croisée de quatre allées, se trouve un monument qui représente une aile d’oiseau, pointée droit vers le ciel. Il repose sur un socle où est tracé le profil de Maryse Hilsz. Ce monument est l’œuvre du sculpteur Henri Lagriffoul, Premier grand prix de Rome en 1932. Il est inauguré le dimanche 1er mars 1959 avec Le Maire Charles Deutschmann, et entre autres, le président de l’Aéro-Club de France. Dès sa conception, son emplacement est prévu. Il est destiné à perpétrer le souvenir de Maryse Hilsz, née et inhumée à Levallois.

Monument du capitaine Braün et du maréchal des logis Martin

Ce monument  représente un coq en pied, chantant et ailes ouvertes. Initialement ce monument est composé d’un tertre, d’une colonnade de 6 mètres de hauteur et d’un coq en bronze.  Il est réalisé en 1907 et rend hommage au Capitaine Braun et au Maréchal des logis Martin, tous deux levalloisiens. Ils sont  membres de la mission qui rencontre  les troupes du « Sultan Noir » Rabah, près du lac Tchad. La quasi-totalité des troupes françaises est anéantie lors des combats du 17 juillet 1899.

20170427_103530_Richtone(HDR).jpg

Il est d’abord installé place Cormeille (place Anatole France), puis place Chaptal.  Depuis 1984, il fait face à l’arrière du Club de la Planchette.

AC92044_1Fi1768

Bacchante

La Ville de Levallois dispose en prêt d’une œuvre du sculpteur Amélie Colombier nommée « Bacchante ». Cette statue en marbre blanc représente une femme, drapée en pied, dansant avec une guirlande de vigne et piétinant une tête de lion. Dans la mythologie, les bacchantes (nouvelle fenêtre) sont les prêtresses ou femmes qui célébraient les mystères de Dionysos, dieu de la vigne, du vin et de ses excès.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Cette sculpture est exposée au salon des Beaux-Arts de Paris en 1906, puis inaugurée dans le parc le 14 novembre 1926. Cette œuvre n’a pas de lien direct avec l’histoire de Levallois.

 Buste de Cécile  Vannier

Le 22 février 2009, un groupe de jeunes Levalloisiens en vacances organisées par la Municipalité au Caire est frappé par un attentat. La jeune lycéenne Cécile Vannier, 17 ans, décède. De nombreux jeunes sont blessés.

En 2011, un buste à son effigie est inauguré afin de perpétrer sa mémoire.
Chaque année, la grande famille levalloisienne se retrouve à cet emplacement pour un hommage solennel.

Hommage ˆ CŽcile Vannier

Des armoiries pour Levallois

En 1942, Levallois ne disposait pas d’armoiries… Retour sur une histoire chargée de symboles !

Le 18 septembre  1942, le Maire, Jules BLED, signe la première commande « d’exécution de travaux d’armoiries », confiée à Robert LOUIS, et agrémente dans sa demande, la première version du blason d’ornements extérieurs. C’est ainsi que l’écu de Levallois est « timbré » puisqu’il est « sommé » d’une couronne. Cette couronne murale à trois tours indique que la ville est le chef-lieu de canton. L’extérieur du blason est décoré de palmes, soutien qui fait ressortir l’écu sur le fond uniforme du papier à en-tête et qui est plus facile à dessiner et à graver que les feuilles de chênes, d’oliviers, de laurier, de vignes ou de cerisiers.

Selon Robert LOUIS, dans un article sur l’historique des blasons des chefs-lieux de canton :

 Le blason de Levallois concrétise par les abeilles le travail de cette laborieuse cité et les deux industries qui sont à l’origine de la prospérité de Levallois sont rappelées par le brûle-parfum et la roue d’engrenage.

Armoiries
Les armoiries de Levallois

Mais pour autant, les Archives de la Ville conservent d’autres projets avortés de blasons.

projey armoiries 1

Un projet non daté ressemble étrangement aux armoiries de la Ville de Paris. Même si certains meubles (terme héraldique pour désigner des sujets) sont identiques aux futures armoiries puisqu’il représente les abeilles, les symboles du travail et de l’industrie,  le blason s’orne également d’un bateau, d’un casque ailé, d’une couronne murale à quatre tours, d’un soleil…

Un autre projet, daté de janvier 1905, présente des armoiries élaborées par Honorace Thivet pour être proposées à la municipalité. Ces armes sont  :

D’azur portant en cœur un carrosse d’or et en queue un  maillet d’argent emmanché d’or, accompagné de deux pichets d’argent placés à dextre et à sénestre ; au chef d’argent portant trois maisons de gueules, placées en bande ; un faisceau  de licteur surmonté du bonnet phrygien passe derrière l’écu auquel il est lié par les ornements qui l’accompagne apparait en chef et en queue.

Iprojet armoiries
Projet d’armoiries de 1905

Le maillet d’or est l’emblème de la corporation des menuisiers-ébénistes. Nicolas Levallois a exercé cette profession au début de sa vie.

Les deux pichets d’argent rappellent la guinguette installée 85 rue Gide (rue Paul Vaillant-Couturier), par Nicolas Levallois. C’est en choquant les verres, que beaucoup d’affaires de terrains se sont négociées et que se sont écoulés les billets de loterie à 0.25 francs, donnant droit à un lopin de terre.

Le carrosse d’or symbolise l’industrie de l’automobile devenue si prospère en cette cité.

Les trois maisons de gueules placées en bande rappellent en une figure symbolique l’origine du village de Levallois.

L’emploi du faisceau de licteur surmonté de son bonnet phrygien place cette ville de travail et de Paix sous l’égide de la Révolution française.

La municipalité ne donnera pas suite à ce projet, sans en faire connaitre les raisons.

Petit lexique:

  • Timbré : on appelle timbre tout ce qui surmonte un écusson
  • Sommé : surmonté
  • Dextre : droite
  • Sénestre : gauche
  • En chef : en haut
  • En queue : en bas
  • En cœur : au centre
  • Faisceau de licteur : symbole de la République Française

faisceau de licteur3.PNGÀ la chute de la Monarchie, le faisceau de licteur devient un des symboles de la République Française « Une et indivisible » (tel un faisceau). Il est repris sur le sceau de la Ière République puis sur celui de la IIe République, il est toujours en usage aujourd’hui.

 

L’histoire de La Médiathèque, 1ère partie : 1873-1912

Dans la France du XIXème siècle qui s’industrialise, l’urbanisation gagne du terrain. Des villes nouvelles apparaissent ; le taux d’alphabétisation ne cesse de progresser ; l’industrie du livre est en plein essor avec l’apparition d’éditeurs ; ouvriers et artisans sont  soucieux de s’instruire…

 

Répandre le goût de la lecture et de l’instruction parmi le peuple, en mettant des livres à la portée de tous 

(Ferdinand Buisson, Dictionnaire de pédagogie, 1882).

Avant 1860, existaient déjà des bibliothèques paroissiales, des bibliothèques d’entreprises, et des bibliothèques scolaires, mais toutes étaient respectivement sous la dépendance du clergé, des dirigeants de « fabriques », ou encore des instituteurs.

L’histoire des bibliothèques de Levallois nait d’une initiative privée…

La jeune commune de Levallois, créée le 30 juin 1866, n’échappe pas à la règle. En cette moitié de XIXème siècle, très vite l’appétit de lecture gagne les nouveaux habitants. Il existait cependant des dépôts de livres souvent sales et abîmés sans aucun classement à la disposition de la population. Et c’est pour  répondre à un réel besoin que des particuliers ont l’initiative de constituer un fonds privé d’ouvrages  à destination du public, essentiellement composé  de dons en meilleur état.

Ce fut lors du conseil municipal du 8 mars 1873, que l’idée de créer une bibliothèque,  fut pour la première fois évoquée. Il faudra attendre cependant 1878, pour que celle-ci voit le jour. Proposée sous le mandat de Jean-Baptiste Codur (1870/1878), le préfet de la Seine autorise, en 1878, par arrêté la création de  la première « bibliothèque  populaire communale ». Cette décision sera très vite entérinée par le Conseil municipal du 13 mai 1878, présidé par le nouveau maire  Pierre Collange (1878/1880) qui décide de l’installer dans les locaux de la mairie d’alors, situés 96 rue de Courcelles, maison léguée par Emile Rivay. La bibliothèque est inaugurée officiellement le 20 novembre 1880 par le ministre des Travaux publics, M. de Heredia, et est ouverte  aux Levalloisiens trois fois par semaine : les mardis et vendredis de 19 à 22 heures et les dimanches de 13h à 18h.

mairie-rivay

Une salle de lecture est ouverte aux horaires d’ouverture pour la consultation sur place et le prêt de livres est limité à 15 jours pour un ouvrage par personne.  Y sont admises les personnes âgées de plus de 16 ans habitant la ville.

Un employé communal y est affecté en qualité de bibliothécaire en plus de ses obligations.

À l’époque, le statut des bibliothèques est défini par l’ordonnance du 22 février 1838 (nouvelle fenêtre) qui énonce :

  • L’obligation de contrôle par l’administration préfectorale
  • L’envoi régulier d’un catalogue
  • La mise en place d’un comité d’inspection et d’achat de livres dont la liste est soumise par le préfet à l’approbation du ministre de l’Instruction civique.

Un catalogue spécial est donc mis à disposition du public.

20 ans plus tard…

hdv-bibliotheque002

La population de Levallois a augmenté et les locaux de la bibliothèque, tout comme ceux de la mairie, deviennent insuffisants… Le 31 août 1892, sous le mandat de Jean-François Trébois, le conseil municipal décide enfin la construction d’un nouvel Hôtel de Ville. L’inauguration a lieu le 23 mars 1898, et la bibliothèque est transférée dans une petite salle de son premier étage. Les modalités d’inscription restent les mêmes mais désormais les prêts sont de deux ouvrages par Levalloisien. Pour la somme de un franc, les nouveaux inscrits repartent avec le catalogue de la bibliothèque. Trois catalogues seront édités entre 1885 et 1907.

Quant au personnel, la bibliothèque compte désormais huit personnes, un bibliothécaire-chef assisté de sept employés, tous agents municipaux.

En 1902, la bibliothèque comprend 7. 302 ouvrages.

hdv-bibliotheque001

En 1913, les locaux s’avèrent une fois de plus insuffisants  et la bibliothèque troque sa petite salle contre de vastes pièces du sous-sol de l’Hôtel de ville où le public peut venir consulter sur place les revues, journaux, encyclopédies, dictionnaires et emprunter les ouvrages disponibles au catalogue.

C’est le Conseil municipal de 1911 qui, «frappé de l’insuffisance des catalogues précédents», eu l’idée de faire appel à un « bibliothécaire de la Bibliothèque Nationale » : Eugène Morel qui, dès 1912 édifiera et publiera le premier catalogue de classification Dewey, cotation à 3 chiffres, mode de classement importé des États-Unis, qu’il appliquera aux documents composant le fonds de la bibliothèque de Levallois.

C’est donc dans un prochain article que vous découvrirez qui était cet homme précurseur, son rôle dans l’évolution de la bibliothéconomie, son œuvre d’avant-garde liée à l’histoire de La Médiathèque de Levallois.

Cet article  été rédigé grâce au travail commun de Patricia D. et Marc V.

Qu’auriez-vous joué ?

À Levallois, on a pu assister à des événements insolites. Me croyez-vous si je vous dis qu’un cavalier y a affronté un cycliste lors d’un défi ahurissant ? Si je vous dis que certains ont raconté avoir vu Buffalo Bill à Levallois?  Et si je vous dis qu’il y a plus incongru encore… me croyez-vous également ?

Aussi surprenant que cela puisse paraître, il y a eu un hippodrome à Levallois. En effet, en 1889, un important équipement voit le jour : le Trotting-club de Paris  aussi appelé l’hippodrome de Neuilly-Levallois.

Il se situait à Levallois, en bordure de Seine et à  proximité de Neuilly-sur-Seine, d’où son appellation.

Derrière cette construction, inaugurée le 22 juin 1889, se trouve la société du Trotting-Club de Paris, fondée en mars de cette même année. Les lieux sont à la hauteur de l’enjeu : rivaliser avec les plus fameux hippodromes d’Amériques, de Russie, d’Allemagne, d’Italie et d’Autriche.

L’exposition universelle de 1889 à Paris attire de célèbres compagnies de spectacles à venir se produire.

buffalo_bill_cody_ca1875
Portrait de Buffalo Bill (W.F.Cody)

C’est le cas pour la Wild West Show dans laquelle se produisent Annie Oakley mais aussi le colonel William Frederick Cody (W. F. Cody)  plus connu sous le surnom de  Buffalo Bill. À cette époque, l’épopée de la conquête de l’Ouest est à la mode.

 

C’est un énorme succès pour les représentations de cette compagnie. Les spectacles se jouent à guichet fermé.

Leur campement est installé le long de la route de la Révolte entre Neuilly-sur-Seine et Paris.

Des années plus tard, un certain Samuel Franklin Cody dit S. F. Cody, lui aussi  showman, va jouer sur cette homonymie pour développer ses propres spectacles. Bien qu’il veille à ne pas utiliser le nom de Buffalo Bill, l’amalgame ne sera pas évité  dans la mémoire collective.

Un pari insolite

En 1893, un défi  rocambolesque est lancé sur les terrains de l’hippodrome Neuilly-Levallois. Durant 3 jours, un cavalier et un cycliste se livrent un duel à raison de 4 heures de course par jour. Le vainqueur  sera celui qui aura parcouru le plus grand nombre de kilomètres. L’enjeu de la course est une récompense  de 10.000 francs.

buffalo-velo-bisjpg

Le cycliste n’est autre que le champion Carl Wilhem dit Charles Meyer. Ce Danois  nait en mars 1868 à Flensborg, et il est le vainqueur de la grande course Paris-Trouville.

Face à lui, se présente Samuel Franklin Cody, surnommé le roi des Cow-Boys du Wild West, le fameux acteur que certains ont pu prendre pour Buffalo Bill !

À une époque où les progrès techniques et technologiques sont tels, le défi semble invraisemblable. La presse de l’époque évoque cet état d’esprit en établissant le parallèle avec la lutte d’une locomotive contre un pigeon voyageur.

Au bout de trois jours, S. F.  Cody a parcouru la distance de 349 kilomètres et 375 mètres. Le kilométrage de Meyer est de 332Km et 500 mètres. Une différence de 16 km les sépare.

Le cycliste a perdu face au cheval. C’est la stupéfaction parmi la foule.

L’explication de cette défaite est relativement simple. Le cycliste pouvait changer de « machine » (mais pas de mollets), alors que le cavalier disposait de dix chevaux qu’il montait à son gré.

La foule complètement emballée, applaudit et pendant cinq minutes ce sont des bravos, des cris de « Vive Meyer ! »   Se mêlant à ceux de  « Hurrah Cody ! ».

Le champ de course est transféré à Colombes en 1901 et les terrains sont divisés en lots. En 1900, un certain Ernest Cognacq achète 8 hectares avec son épouse Marie-Louise Jay.

L’évocation de cet épisode est retranscrite dans le roman d’Erik Orsenna, L’exposition coloniale (nouvelle fenêtre)  publié en 1988.

Mais ce n’est pas tout !

Les archives municipales ont en leur possession une étonnante affiche. Elle annonce qu’à l’occasion d’une fête, se déroulera à Levallois une course de chevaux marins ! Il ne s’agit pas, comme on pourrait le supposer, d’une course d’hippocampes, mais bien d’une course de chevaux.

marins-ok

 

Hélas, aucun renseignement ne permet de vous en dire plus, mais avec ce que l’on vient d’apprendre… rien n’est impossible !

Levallois les pieds dans l’eau

Il arrive que les fleuves et les rivières sortent de leur lit, parfois de manière très impressionnante, voir destructrice… et la Seine ne fait pas exception.

La crue de référence est celle de 1910. Le 28 janvier, elle atteint 8,62 mètres à Paris, au pont d’Austerlitz, et le zouave a de l’eau jusqu’aux épaules, alors que la Tour Eiffel se retrouve avec les pieds dans l’eau.

En bord de Seine, certaines rues parisiennes sont entièrement submergées, des maisons menacent de s’écrouler sous 2,40 mètres d’eau.

L’eau se déverse par les égouts, les tunnels du métro, les caves, dépassant ainsi les abords de la Seine pour assaillir les  villes avoisinantes.

C’est l’engorgement des égouts venant de Paris qui provoque le plus de dégâts à Levallois.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La Municipalité levalloisienne, voyant venir la crue, commence à évacuer les habitations en bordure de Seine, vers le 20 janvier.

Comme dans toutes les zones inondées, la police, aidée de l’armée et de la gendarmerie, intervient pour limiter le pillage des maisons et des magasins abandonnés.

Les écoles de Levallois sont occupées par les troupes ou utilisées comme refuges pour les sinistrés. Les établissements industriels situés près des quais (comme Clément Bayard ou Blanc de zinc) ferment leurs ateliers. Le chômage technique s’étend, touchant tragiquement la population ouvrière de la ville.

ac92044_1fi1122
Radeau rue Raspail

Les axes de communication sont gravement touchés. Les trains sont irréguliers, car l’eau envahit les souterrains du métro (il ne reprendra du service que deux mois plus tard). Le téléphone et l’électricité sont souvent coupés. Fin janvier, l’eau potable commence à manquer. Levallois est ravitaillée par des tonneaux d’arrosage, puis se branche sur les canalisations de Paris.Un élan de solidarité se met en place, permettant de faire face à cette situation de crise.

ac92044_1fi1081
Gare de Courcelles-Levallois

Il faudra attendre la décrue, très lente, un centimètre par heure, au début du mois de février, pour découvrir toute l’étendue des dégâts.

À Levallois, comme dans toutes les zones sinistrées de la boucle de la seine, la vie et l’activité industrielle ne reprennent que fin février, après six semaines de désolation. Réparation des rues dépavées, des trottoirs effondrés, des écoles fissurées, des égouts endommagés, désinfection des maisons… pour Levallois, le bilan est lourd.

ac92044_1fi1086
Rue Jules Guesde

D’autres crues de début d’année :

La région parisienne a eu à faire face à d’autres crues impressionnantes :

Janvier 1924, l’eau monte jusqu’à 7,30 mètres

Janvier 1955, le niveau atteint 7,10 mètres

Janvier 1959, l’eau grimpe de 6,20 mètres

Janvier 1982, le niveau monte jusqu’à 6,13 mètres

Comment expliquer ce phénomène ? Plusieurs facteurs s’unissent: une pluviométrie importante, le débordement de plusieurs autres cours d’eau (l’Yonne, le Loing,le Grand Morin…), l’état de saturation des sols, la présence de neige et de gel… font que les grandes crues ont surtout lieu à cette période.

Juin 2016,  l’eau atteint 6,10 mètres à Paris

Le zouave du pont de l’Alma prend donc régulièrement des bains de pied !

« Le zouave a les pieds dans l’eau » est synonyme d’ennuis pour les Parisiens – et très probablement pour les habitants en amont et en aval de la capitale.