La magie des fêtes grâce à la fée électricité

Si aujourd’hui il suffit d’appuyer sur un bouton ou d’insérer une prise électrique pour avoir de la lumière, il n’en a pas toujours été de même. Lorsque nous avons besoin d’électricité, celle-ci semble être à disposition, inépuisable, presque là par enchantement, à tel point que l’on ne se pose pas vraiment de questions. L’électricité est venu éclairer les Levalloisiens en 1894, cela a été une véritable révolution, mais nous étions encore loin de pouvoir envisager, et même imaginer les illuminations qui apportent toute la féerie aux fêtes de fin d’année.

Petit saut dans l’Histoire

On peut estimer que nous devons à Louis XIV l’apparition de l’éclairage public en France que nous connaissons aujourd’hui. Auparavant l’éclairage des rues ne reposait que sur quelques chandelles que l’on recommandait de placer au premier étage des maisons bourgeoises. En 1667, lorsque Nicolas de la Reynie est nommé lieutenant général de la police, il décide de renforcer les mesures de sécurité et de surveillance policière. Il fait suspendre une lanterne à chaque coin et milieu de rue  de Paris. Cette date marque le début de la pose de lanternes d’éclairage public dans les rues de Paris. Cet usage se généralisa rapidement à toutes les villes de France. L’allumage des lampes se fait alors par des habitants désignés annuellement par les autorités, chacun dans son quartier, aux heures définies  (et un commis supplémentaire dans chaque quartier pour avertir de l’heure). L’éclairage public passe alors à la charge de l’État moyennant une redevance par habitant. L’éclairage public est né !

Une production bien utile mais encore archaïque

En 1785, les travaux des ingénieurs français Philippe Lebon (nouvelle fenêtre) et anglais William Murdoch(nouvelle fenêtre) contribuent à la découverte du gaz d’éclairage.

La fabrication et la consommation du gaz de houille augmente et l’éclairage public est progressivement assuré par becs de gaz(nouvelle fenêtre) en remplacement des lanternes à huile. Les particuliers, et surtout les propriétaires de magasins, recourent, en grand nombre, à ce nouveau système d’éclairage.

Dès 1867 (date de la création de notre commune) la ville est liée à  » La Compagnie Parisienne d’Eclairage et de Chauffage par le Gaz ».

L’éclairage urbain est assuré à la fois par le gaz, mais aussi dans certains quartiers par l’huile minérale. Ce dernier procédé ne satisfait pas les usagers et les industriels. En 1884 plusieurs courriers sont adressés au Maire afin qu’une amélioration soit rapidement apportée.

remplacement lanterne huile par gaz
Proposition de M. TOUZET, conseiller municipal pour remplacer les lampes à huile de l’éclairage urbain par des lampes à gaz. 23 Aout 1884.

En 1896, certains industriels continuent de se plaindre du peu d’éclairage fournit par les lampes à huile, alors que Levallois est majoritairement équipé de lampes à gaz, mais commence aussi à bénéficier d’équipements électriques. Cela peut paraitre paradoxale, car Levallois produit et fournit de l’électricité pour Paris depuis 1893. L’usine principale de production se situe à Levallois au 55-57 rue Greffülhe, à l’angle de la rue de Villiers et du quai Charles-Pasqua. Cette usine fournit le secteur des Champs-Elysées (il couvre la partie Ouest de Paris intra muros : l’Ouest des 8ème et 17ème arrondissement, et le 16ème en entier). En 1910 la Compagnie d’éclairage électrique du secteur des Champs-Elysées devient la plus importante de Paris. Le secteur compte alors 19 325 abonnés.

Une invention lumineuse

Inventée par Joseph Wilson Swan  (au Royaume-Uni), la première lampe à incandescence apparait en  1879, mais n’est toutefois que très peu exploitée à ses débuts. En effet, la technologie de ces lampes n’est pas encore au point. Ce n’est que grâce aux améliorations apportées par Thomas Edison(nouvelle fenêtre) que l’éclairage à l’électricité rivalise avec l’éclairage au gaz. Les lanternes électriques utilisant des lampes à incandescence remplacent peu à peu les lanternes au gaz. Les dernières lanternes au gaz disparaissent en France au milieu des années 1960.

cahier des charges
Cahier des charges de l’établissement Eschieret, Fuchs et Frères – 1894.

En 1888, le Conseil municipal de Levallois délibère à propos de l’installation de l’électricité pour l’éclairage public. En 1893, après la mise au point de différents cahiers des charges, une convention est signée entre la Ville (représentée par Mr Trébois, Maire de l’époque) et la société Eschieret, Fuchs et Frères (électriciens à Levallois- 31 rue Poccard actuellement rue Gabriel Péri).

Le 22 mars 1894, cette convention est contresignée par le Préfet (à l’époque Monsieur Poubelle… Oui oui, celui-là même !)

Le service des archives municipales possède des documents qui retracent cette période de transition. Nous savons notamment que 50 lampes à arc remplaceront 174 becs de gaz, que 400 lampes à incandescence remplaceront 400 becs de gaz, et que 56 lampes à incandescence prendront la place de 56 lampes à l’huile.

Cette révolution technologique permet même d’illuminer l’Hôtel de Ville à l’occasion de son inauguration.

facture eclairage inauguration +
Facture d’éclairage pour les fêtes d’inauguration de l’Hotel de Ville – 1898

Désormais, toutes les folies sont permises ! Outre l’éclairage quotidien des rues, places et jardins, des illuminations ponctuelles font leur apparition, notamment les fameuses illuminations des fêtes de fin d’année.

A Levallois, cela fait des décennies que nos rues, places et monuments sont illuminés à cette occasion. (4500 ampoules sont nécessaires pour illuminer l’Hôtel de Ville)

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Illuminations hiver 2003

La technologie continue d’évoluer, ainsi aujourd’hui nous sommes enchantés par des créations qui émerveillent petits et grands, qui donnent un coté féérique à la nuit, et qui utilisent non plus des ampoules à incandescence, mais des LED « light-emitting-diode » (diode électroluminescente) . Grâce à cette avancée, 70% d’économie d’énergie est réalisé.

Quelques autres belles photos pour prolonger la rêverie…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Merci à Monsieur Eric Daudignon (services techniques de la ville de Levallois) pour ses éclairantes informations !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s