la 2 CV, une Très Petite devenue grande

Notre « deudeuche » nationale est née d’un projet intitulé TPV pour Très Petite Voiture. Nous allons retracer l’incroyable épopée de cette voiture populaire, présentée au public en octobre 1948, il y a 70 ans !

Naissance du projet

En 1934, Pierre Michelin rachète la société Citroën confrontée à des déboires financiers. Il place à la direction générale de l’entreprise Pierre-Jules  Boulanger, c’est lui qui conduira le projet de la 2 CV(nouvelle fenêtre).

Monsieur Boulanger cherche à développer la société sur un marché autre que la Traction avant. Cette idée de concevoir une voiture économique lui serait venue lors d’un embouteillage dans un village auvergnat. Pierre Boulanger constate que les difficultés de circulation sont dues non à des voitures mais à des carrioles à cheval, des charrettes et brouettes. Comme il veut comprendre la raison de cette absence de véhicules motorisés, de retour à Paris, il charge un ingénieur de concevoir et de réaliser une enquête d’opinion. Le résultat est sans appel. Les personnes interrogées considèrent l’automobile comme trop chère, trop grande, voir difficilement maniable.

 

C’est alors que naît le projet  » TPV « . Pierre Boulanger convoque le directeur du bureau d’études, Maurice Brogly et lui demande de concevoir cette voiture. La commande semble simple… cette voiture devra pouvoir transporter entre deux et quatre personnes, cinquante kilos de pommes de terre (ou de bagages) à la vitesse de 50/60 km/h, sans consommer plus de 3 litres aux cents ! dernière contrainte, son prix devra être 3 fois plus bas que celui d’une traction avant 11 CV.

En résumé, elle devra être économique en entretien comme en fonctionnement !

Maurice Brogly, surnommé le lion, mandate l’équipe d’André Lefèbvre pour réaliser ce projet.

Les premiers prototypes voient le jour en 1937. Ils ont comme caractéristiques de disposer d’un seul phare et d’une manivelle pour le démarrage.100Z151002

À partir de cette date, les prototypes sont testés, dans le plus grand secret, sur le site de La Ferté-Vidame, en Normandie.

En septembre 1937, un brevet d’invention est déposé à la direction de la propriété industrielle sous le nom «  Voiture à roues indépendantes ». Ce dernier est délivré en novembre 1938.

L’équipe du projet veut faire vite car la marque Ford s’apprête à sortir une 6 CV à Poissy.

Avant la déclaration de guerre à l’Allemagne, il existe 250 prototypes de la TPV, toutes assemblées dans l’usine levalloisienne, anciennement Clément-Bayard.

Fin août 1939, la TPV est homologuée par les Mines sous l’intitulé « 2 CV A ».Citroën 7Fi321029

Une voiture dans la tourmente

La guerre met en suspend le projet. Les Allemands sont intéressés par ce véhicule. Plusieurs missions d’ingénieurs allemands sont venus observer la 2cv sur la chaine de montage à Levallois. Suite à ces visites, les Allemands demandent que 3 voitures leurs soient cédées. La direction de Citroën refuse de donner suites malgré les injonctions de l’occupant, et va jusqu’à détruire tous les prototypes (sauf 5, qui seront retrouvés bien plus tard).

La Très Petite présentée au président

Le 07 octobre 1948, à l’ouverture du 35 ème Salon de l’automobile, Pierre Boulanger dévoile lentement la 2 CV devant le Président de La République, Vincent Auriol. Elle stupéfie par son aspect insolite, l’astuce de ses aménagements, son caractère économique, et ses possibilités d’utilisation multiples. Un public de 1 300 000 visiteurs vient voir ce curieux véhicule. Le capot du moteur est plombé, le moteur n’est pas visible.Grandes heures de la 2 chevaux 2

L’accueil de la presse est mitigé. La 2 CV est comparée à une boite de conserve. Peu nombreux sont les journalistes à lui prédire un brillant avenir. Pour autant, l’équipe Citroën réalise un sondage d’opinion durant 10 jours sur le stand auprès des hommes, des femmes et des enfants !

Elle s’élance !

Le prix annoncé est de 185 000 francs. Elle ne sera commercialisée qu’à partir de 1949..Citroën 7Fi325003

La vente est organisée de telle façon que les 200 premiers clients doivent avoir des moyens modestes et la nécessité de se déplacer fréquemment. Les premiers conducteurs sont principalement des cultivateurs, des assistantes sociales et des agents d’assurance.

De plus, elle est vendue uniquement de couleur grise. Finalement, le prix est 228.000 francs

Les commandes affluent et les délais de livraisons se comptent en plusieurs années. C’est un triomphe.

La fin d’une épopée, mais le mythe survit

Si le 29 février 1988, la toute dernière 2 CV sort de l’usine de Levallois par la porte du 54 quai Michelet (actuellement Charles-Pasqua), ce n’est pas pour autant « la chronique d’une mort annoncée ». En effet, elle est une star immortalisée sur la pellicule.

Façade Levallois 3
La dernière 2 CV sort de L’usine Citroën de Levallois

Nous pouvons la retrouver au travers de nombreux films : Moyen de fuite dans « Les diaboliques » (1955), symbole des « Dupont et Dupond » Dans « Tintin et les oranges bleues » (1964), objet d’un larcin dans « les valseuses » (1974) Compagne de Roger Moore dans « Rien que pour vos yeux » (1981), amoureuse dans « Cars 2 » (2011)…  et bien d’autres encore, mais surtout, objet de désespoir pour Bourvil dans l’inoubliable « Corniaud » (1965),

« Ah bah maintenant, elle va marcher beaucoup moins bien ! Forcement ! »

Un jeu d’enfants, auquel certain d’entre vous a peut-être joué, contribue a faire vivre ce mythe. Si je vous dis:  » 2 CV verte sans retouche » arrivez-vous à visualiser une 2 CV verte tout en ressentant un petit pincement sur l’avant-bras ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s