Un peu d’histoire au détour d’une promenade

Un peu d’histoire

L’actuel bâtiment qui accueille le club de la Planchette était une des dépendances du château éponyme. Il endossera diverses fonctions.

Le club de la Planchette

En 1846, cet édifice est transformé en usine de produits chimiques, c’est dans ces murs historiques qu’est découverte (par Pierre Joseph Pelletier) puis fabriquée la quinine, célèbre antipaludique.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

De 1925 à 1947, les Levalloisiens peuvent visiter, gratuitement, le musée d’histoire naturelle où les enfants sont régulièrement conduits par leurs instituteurs. Ce musée est la création de jeunes Levalloisiens qui avaient formé, en 1884, l’association des naturalistes de Levallois.

Il renferme des échantillons mondialement connus de tous les règnes de la nature (animal, végétal et minéral), et une bibliothèque scientifique.

AC92044_1Fi1346
Au premier plan, devant le musée, trône « la fiancée du lion », disparue et probablement fondue pendant la Seconde Guerre mondiale

Avant sa fermeture en 1947, le musée est classé parmi les plus importants musées régionaux d’histoire naturelle. La collection est transférée au musée d’Amiens.

En 1947, la municipalité décide de dédier ce bâtiment à la création d’une crèche. Ce projet n’aboutit pas, et finalement « le petit château de la Planchette » accueille le foyer des anciens. Il reçoit tout « vieux travailleur », pour un repas, un moment de convivialité, une séance de pédicure, une aide vestimentaire, une douche…

En 1980, des travaux de restauration sont lancés, et le club de la Planchette que nous connaissons actuellement est inauguré en 1984.

Lorsque l’on entre dans le parc de la Planchette par la rue du Président Wilson, à l’angle de la rue Paul Vaillant Couturier, on se trouve face au club de la Planchette. De part et d’autre de ce bâtiment, trônent deux statues.

La statue de Louise Michel

Sur la pelouse de gauche, se tient Louise Michel (nouvelle fenêtre), accompagnée d’une petite fille et d’un chat. Cette statue en bronze représente l’institutrice, célèbre de par ses convictions politiques. Révolutionnaire anarchique, elle milite dans l’opposition républicaine et participe activement à la Commune de Paris (nouvelle fenêtre). Cette statue édifiée en mémoire de Louise Michel, inhumée à Levallois, est l’œuvre du sculpteur Émile Derré. Elle est inaugurée dans les jardins de l’hôtel de Ville en 1920, et trouve sa place actuelle en 1998.

La statue de Louise Michel est la seule de Levallois à avoir échappé « aux vendanges de bronze » (réquisition pour refonte des statues pendant la Seconde Guerre mondiale).

louise miche ok

La maternité

« La maternité », baptisée « la tendresse » par son créateur M.Boucher, est une statue en terre cuite qui fait face à celle de Louise Michel.

Cette œuvre a, elle aussi, transité par les jardins de l’hôtel de Ville avant de trouver sa place à l’avant du club de la Planchette en 1985.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Cette œuvre est un prêt, elle a été exposée au Petit Palais avant de rejoindre nos jolis jardins.

Ces deux statues sont une belle introduction à une agréable ballade dans le plaisant parc de la Planchette. Si la météo est capricieuse, vous pourrez toujours vous mettre à couvert sous le séduisant abri qui se trouve à l’avant du parc.

AC92044_1Fi1342

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s