Qu’auriez-vous joué ?

À Levallois, on a pu assister à des événements insolites. Me croyez-vous si je vous dis qu’un cavalier y a affronté un cycliste lors d’un défi ahurissant ? Si je vous dis que certains ont raconté avoir vu Buffalo Bill à Levallois?  Et si je vous dis qu’il y a plus incongru encore… me croyez-vous également ?

Aussi surprenant que cela puisse paraître, il y a eu un hippodrome à Levallois. En effet, en 1889, un important équipement voit le jour : le Trotting-club de Paris  aussi appelé l’hippodrome de Neuilly-Levallois.

Il se situait à Levallois, en bordure de Seine et à  proximité de Neuilly-sur-Seine, d’où son appellation.

Derrière cette construction, inaugurée le 22 juin 1889, se trouve la société du Trotting-Club de Paris, fondée en mars de cette même année. Les lieux sont à la hauteur de l’enjeu : rivaliser avec les plus fameux hippodromes d’Amériques, de Russie, d’Allemagne, d’Italie et d’Autriche.

L’exposition universelle de 1889 à Paris attire de célèbres compagnies de spectacles à venir se produire.

buffalo_bill_cody_ca1875
Portrait de Buffalo Bill (W.F.Cody)

C’est le cas pour la Wild West Show dans laquelle se produisent Annie Oakley mais aussi le colonel William Frederick Cody (W. F. Cody)  plus connu sous le surnom de  Buffalo Bill. À cette époque, l’épopée de la conquête de l’Ouest est à la mode.

 

C’est un énorme succès pour les représentations de cette compagnie. Les spectacles se jouent à guichet fermé.

Leur campement est installé le long de la route de la Révolte entre Neuilly-sur-Seine et Paris.

Des années plus tard, un certain Samuel Franklin Cody dit S. F. Cody, lui aussi  showman, va jouer sur cette homonymie pour développer ses propres spectacles. Bien qu’il veille à ne pas utiliser le nom de Buffalo Bill, l’amalgame ne sera pas évité  dans la mémoire collective.

Un pari insolite

En 1893, un défi  rocambolesque est lancé sur les terrains de l’hippodrome Neuilly-Levallois. Durant 3 jours, un cavalier et un cycliste se livrent un duel à raison de 4 heures de course par jour. Le vainqueur  sera celui qui aura parcouru le plus grand nombre de kilomètres. L’enjeu de la course est une récompense  de 10.000 francs.

buffalo-velo-bisjpg

Le cycliste n’est autre que le champion Carl Wilhem dit Charles Meyer. Ce Danois  nait en mars 1868 à Flensborg, et il est le vainqueur de la grande course Paris-Trouville.

Face à lui, se présente Samuel Franklin Cody, surnommé le roi des Cow-Boys du Wild West, le fameux acteur que certains ont pu prendre pour Buffalo Bill !

À une époque où les progrès techniques et technologiques sont tels, le défi semble invraisemblable. La presse de l’époque évoque cet état d’esprit en établissant le parallèle avec la lutte d’une locomotive contre un pigeon voyageur.

Au bout de trois jours, S. F.  Cody a parcouru la distance de 349 kilomètres et 375 mètres. Le kilométrage de Meyer est de 332Km et 500 mètres. Une différence de 16 km les sépare.

Le cycliste a perdu face au cheval. C’est la stupéfaction parmi la foule.

L’explication de cette défaite est relativement simple. Le cycliste pouvait changer de « machine » (mais pas de mollets), alors que le cavalier disposait de dix chevaux qu’il montait à son gré.

La foule complètement emballée, applaudit et pendant cinq minutes ce sont des bravos, des cris de « Vive Meyer ! »   Se mêlant à ceux de  « Hurrah Cody ! ».

Le champ de course est transféré à Colombes en 1901 et les terrains sont divisés en lots. En 1900, un certain Ernest Cognacq achète 8 hectares avec son épouse Marie-Louise Jay.

L’évocation de cet épisode est retranscrite dans le roman d’Erik Orsenna, L’exposition coloniale (nouvelle fenêtre)  publié en 1988.

Mais ce n’est pas tout !

Les archives municipales ont en leur possession une étonnante affiche. Elle annonce qu’à l’occasion d’une fête, se déroulera à Levallois une course de chevaux marins ! Il ne s’agit pas, comme on pourrait le supposer, d’une course d’hippocampes, mais bien d’une course de chevaux.

marins-ok

 

Hélas, aucun renseignement ne permet de vous en dire plus, mais avec ce que l’on vient d’apprendre… rien n’est impossible !