L’histoire de La Médiathèque, 1ère partie : 1873-1912

Dans la France du XIXème siècle qui s’industrialise, l’urbanisation gagne du terrain. Des villes nouvelles apparaissent ; le taux d’alphabétisation ne cesse de progresser ; l’industrie du livre est en plein essor avec l’apparition d’éditeurs ; ouvriers et artisans sont  soucieux de s’instruire…

 

Répandre le goût de la lecture et de l’instruction parmi le peuple, en mettant des livres à la portée de tous 

(Ferdinand Buisson, Dictionnaire de pédagogie, 1882).

Avant 1860, existaient déjà des bibliothèques paroissiales, des bibliothèques d’entreprises, et des bibliothèques scolaires, mais toutes étaient respectivement sous la dépendance du clergé, des dirigeants de « fabriques », ou encore des instituteurs.

L’histoire des bibliothèques de Levallois nait d’une initiative privée…

La jeune commune de Levallois, créée le 30 juin 1866, n’échappe pas à la règle. En cette moitié de XIXème siècle, très vite l’appétit de lecture gagne les nouveaux habitants. Il existait cependant des dépôts de livres souvent sales et abîmés sans aucun classement à la disposition de la population. Et c’est pour  répondre à un réel besoin que des particuliers ont l’initiative de constituer un fonds privé d’ouvrages  à destination du public, essentiellement composé  de dons en meilleur état.

Ce fut lors du conseil municipal du 8 mars 1873, que l’idée de créer une bibliothèque,  fut pour la première fois évoquée. Il faudra attendre cependant 1878, pour que celle-ci voit le jour. Proposée sous le mandat de Jean-Baptiste Codur (1870/1878), le préfet de la Seine autorise, en 1878, par arrêté la création de  la première « bibliothèque  populaire communale ». Cette décision sera très vite entérinée par le Conseil municipal du 13 mai 1878, présidé par le nouveau maire  Pierre Collange (1878/1880) qui décide de l’installer dans les locaux de la mairie d’alors, situés 96 rue de Courcelles, maison léguée par Emile Rivay. La bibliothèque est inaugurée officiellement le 20 novembre 1880 par le ministre des Travaux publics, M. de Heredia, et est ouverte  aux Levalloisiens trois fois par semaine : les mardis et vendredis de 19 à 22 heures et les dimanches de 13h à 18h.

mairie-rivay

Une salle de lecture est ouverte aux horaires d’ouverture pour la consultation sur place et le prêt de livres est limité à 15 jours pour un ouvrage par personne.  Y sont admises les personnes âgées de plus de 16 ans habitant la ville.

Un employé communal y est affecté en qualité de bibliothécaire en plus de ses obligations.

À l’époque, le statut des bibliothèques est défini par l’ordonnance du 22 février 1838 (nouvelle fenêtre) qui énonce :

  • L’obligation de contrôle par l’administration préfectorale
  • L’envoi régulier d’un catalogue
  • La mise en place d’un comité d’inspection et d’achat de livres dont la liste est soumise par le préfet à l’approbation du ministre de l’Instruction civique.

Un catalogue spécial est donc mis à disposition du public.

20 ans plus tard…

hdv-bibliotheque002

La population de Levallois a augmenté et les locaux de la bibliothèque, tout comme ceux de la mairie, deviennent insuffisants… Le 31 août 1892, sous le mandat de Jean-François Trébois, le conseil municipal décide enfin la construction d’un nouvel Hôtel de Ville. L’inauguration a lieu le 23 mars 1898, et la bibliothèque est transférée dans une petite salle de son premier étage. Les modalités d’inscription restent les mêmes mais désormais les prêts sont de deux ouvrages par Levalloisien. Pour la somme de un franc, les nouveaux inscrits repartent avec le catalogue de la bibliothèque. Trois catalogues seront édités entre 1885 et 1907.

Quant au personnel, la bibliothèque compte désormais huit personnes, un bibliothécaire-chef assisté de sept employés, tous agents municipaux.

En 1902, la bibliothèque comprend 7. 302 ouvrages.

hdv-bibliotheque001

En 1913, les locaux s’avèrent une fois de plus insuffisants  et la bibliothèque troque sa petite salle contre de vastes pièces du sous-sol de l’Hôtel de ville où le public peut venir consulter sur place les revues, journaux, encyclopédies, dictionnaires et emprunter les ouvrages disponibles au catalogue.

C’est le Conseil municipal de 1911 qui, «frappé de l’insuffisance des catalogues précédents», eu l’idée de faire appel à un « bibliothécaire de la Bibliothèque Nationale » : Eugène Morel qui, dès 1912 édifiera et publiera le premier catalogue de classification Dewey, cotation à 3 chiffres, mode de classement importé des États-Unis, qu’il appliquera aux documents composant le fonds de la bibliothèque de Levallois.

C’est donc dans un prochain article que vous découvrirez qui était cet homme précurseur, son rôle dans l’évolution de la bibliothéconomie, son œuvre d’avant-garde liée à l’histoire de La Médiathèque de Levallois.

Cet article  été rédigé grâce au travail commun de Patricia D. et Marc V.

Qu’auriez-vous joué ?

À Levallois, on a pu assister à des événements insolites. Me croyez-vous si je vous dis qu’un cavalier y a affronté un cycliste lors d’un défi ahurissant ? Si je vous dis que certains ont raconté avoir vu Buffalo Bill à Levallois?  Et si je vous dis qu’il y a plus incongru encore… me croyez-vous également ?

Aussi surprenant que cela puisse paraître, il y a eu un hippodrome à Levallois. En effet, en 1889, un important équipement voit le jour : le Trotting-club de Paris  aussi appelé l’hippodrome de Neuilly-Levallois.

Il se situait à Levallois, en bordure de Seine et à  proximité de Neuilly-sur-Seine, d’où son appellation.

Derrière cette construction, inaugurée le 22 juin 1889, se trouve la société du Trotting-Club de Paris, fondée en mars de cette même année. Les lieux sont à la hauteur de l’enjeu : rivaliser avec les plus fameux hippodromes d’Amériques, de Russie, d’Allemagne, d’Italie et d’Autriche.

L’exposition universelle de 1889 à Paris attire de célèbres compagnies de spectacles à venir se produire.

buffalo_bill_cody_ca1875
Portrait de Buffalo Bill (W.F.Cody)

C’est le cas pour la Wild West Show dans laquelle se produisent Annie Oakley mais aussi le colonel William Frederick Cody (W. F. Cody)  plus connu sous le surnom de  Buffalo Bill. À cette époque, l’épopée de la conquête de l’Ouest est à la mode.

 

C’est un énorme succès pour les représentations de cette compagnie. Les spectacles se jouent à guichet fermé.

Leur campement est installé le long de la route de la Révolte entre Neuilly-sur-Seine et Paris.

Des années plus tard, un certain Samuel Franklin Cody dit S. F. Cody, lui aussi  showman, va jouer sur cette homonymie pour développer ses propres spectacles. Bien qu’il veille à ne pas utiliser le nom de Buffalo Bill, l’amalgame ne sera pas évité  dans la mémoire collective.

Un pari insolite

En 1893, un défi  rocambolesque est lancé sur les terrains de l’hippodrome Neuilly-Levallois. Durant 3 jours, un cavalier et un cycliste se livrent un duel à raison de 4 heures de course par jour. Le vainqueur  sera celui qui aura parcouru le plus grand nombre de kilomètres. L’enjeu de la course est une récompense  de 10.000 francs.

buffalo-velo-bisjpg

Le cycliste n’est autre que le champion Carl Wilhem dit Charles Meyer. Ce Danois  nait en mars 1868 à Flensborg, et il est le vainqueur de la grande course Paris-Trouville.

Face à lui, se présente Samuel Franklin Cody, surnommé le roi des Cow-Boys du Wild West, le fameux acteur que certains ont pu prendre pour Buffalo Bill !

À une époque où les progrès techniques et technologiques sont tels, le défi semble invraisemblable. La presse de l’époque évoque cet état d’esprit en établissant le parallèle avec la lutte d’une locomotive contre un pigeon voyageur.

Au bout de trois jours, S. F.  Cody a parcouru la distance de 349 kilomètres et 375 mètres. Le kilométrage de Meyer est de 332Km et 500 mètres. Une différence de 16 km les sépare.

Le cycliste a perdu face au cheval. C’est la stupéfaction parmi la foule.

L’explication de cette défaite est relativement simple. Le cycliste pouvait changer de « machine » (mais pas de mollets), alors que le cavalier disposait de dix chevaux qu’il montait à son gré.

La foule complètement emballée, applaudit et pendant cinq minutes ce sont des bravos, des cris de « Vive Meyer ! »   Se mêlant à ceux de  « Hurrah Cody ! ».

Le champ de course est transféré à Colombes en 1901 et les terrains sont divisés en lots. En 1900, un certain Ernest Cognacq achète 8 hectares avec son épouse Marie-Louise Jay.

L’évocation de cet épisode est retranscrite dans le roman d’Erik Orsenna, L’exposition coloniale (nouvelle fenêtre)  publié en 1988.

Mais ce n’est pas tout !

Les archives municipales ont en leur possession une étonnante affiche. Elle annonce qu’à l’occasion d’une fête, se déroulera à Levallois une course de chevaux marins ! Il ne s’agit pas, comme on pourrait le supposer, d’une course d’hippocampes, mais bien d’une course de chevaux.

marins-ok

 

Hélas, aucun renseignement ne permet de vous en dire plus, mais avec ce que l’on vient d’apprendre… rien n’est impossible !