Levallois les pieds dans l’eau

Il arrive que les fleuves et les rivières sortent de leur lit, parfois de manière très impressionnante, voir destructrice… et la Seine ne fait pas exception.

La crue de référence est celle de 1910. Le 28 janvier, elle atteint 8,62 mètres à Paris, au pont d’Austerlitz, et le zouave a de l’eau jusqu’aux épaules, alors que la Tour Eiffel se retrouve avec les pieds dans l’eau.

En bord de Seine, certaines rues parisiennes sont entièrement submergées, des maisons menacent de s’écrouler sous 2,40 mètres d’eau.

L’eau se déverse par les égouts, les tunnels du métro, les caves, dépassant ainsi les abords de la Seine pour assaillir les  villes avoisinantes.

C’est l’engorgement des égouts venant de Paris qui provoque le plus de dégâts à Levallois.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La Municipalité levalloisienne, voyant venir la crue, commence à évacuer les habitations en bordure de Seine, vers le 20 janvier.

Comme dans toutes les zones inondées, la police, aidée de l’armée et de la gendarmerie, intervient pour limiter le pillage des maisons et des magasins abandonnés.

Les écoles de Levallois sont occupées par les troupes ou utilisées comme refuges pour les sinistrés. Les établissements industriels situés près des quais (comme Clément Bayard ou Blanc de zinc) ferment leurs ateliers. Le chômage technique s’étend, touchant tragiquement la population ouvrière de la ville.

ac92044_1fi1122
Radeau rue Raspail

Les axes de communication sont gravement touchés. Les trains sont irréguliers, car l’eau envahit les souterrains du métro (il ne reprendra du service que deux mois plus tard). Le téléphone et l’électricité sont souvent coupés. Fin janvier, l’eau potable commence à manquer. Levallois est ravitaillée par des tonneaux d’arrosage, puis se branche sur les canalisations de Paris.Un élan de solidarité se met en place, permettant de faire face à cette situation de crise.

ac92044_1fi1081
Gare de Courcelles-Levallois

Il faudra attendre la décrue, très lente, un centimètre par heure, au début du mois de février, pour découvrir toute l’étendue des dégâts.

À Levallois, comme dans toutes les zones sinistrées de la boucle de la seine, la vie et l’activité industrielle ne reprennent que fin février, après six semaines de désolation. Réparation des rues dépavées, des trottoirs effondrés, des écoles fissurées, des égouts endommagés, désinfection des maisons… pour Levallois, le bilan est lourd.

ac92044_1fi1086
Rue Jules Guesde

D’autres crues de début d’année :

La région parisienne a eu à faire face à d’autres crues impressionnantes :

Janvier 1924, l’eau monte jusqu’à 7,30 mètres

Janvier 1955, le niveau atteint 7,10 mètres

Janvier 1959, l’eau grimpe de 6,20 mètres

Janvier 1982, le niveau monte jusqu’à 6,13 mètres

Comment expliquer ce phénomène ? Plusieurs facteurs s’unissent: une pluviométrie importante, le débordement de plusieurs autres cours d’eau (l’Yonne, le Loing,le Grand Morin…), l’état de saturation des sols, la présence de neige et de gel… font que les grandes crues ont surtout lieu à cette période.

Juin 2016,  l’eau atteint 6,10 mètres à Paris

Le zouave du pont de l’Alma prend donc régulièrement des bains de pied !

« Le zouave a les pieds dans l’eau » est synonyme d’ennuis pour les Parisiens – et très probablement pour les habitants en amont et en aval de la capitale.

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s