Sainte Barbe, Patronne des pompiers.

Le 4 décembre est le jour de la sainte Barbe, elle est la sainte patronne des sapeurs-pompiers (mais aussi des mineurs et des artificiers). Traditionnellement, cette célébration donne lieu, à un défilé, un dépôt de gerbe au monument aux morts, un vin d’honneur ou à un repas festif. Le service des archives de Levallois profite de cette célébration pour revenir sur l’histoire levalloisienne de nos valeureux soldats du feu.

ac92044_1fi1237

 

Tout commence avec la création du Village Levallois,  en 1846, lieu éponyme évoquant son créateur, Nicolas Eugène Levallois. La rapide expansion de la localité nécessite la prise en compte de la protection et du secours de ses habitants, mais le matériel et les hommes sont basés à Clichy-la-Garenne, ville de rattachement administratif du Village,  qui n’est pas encore une commune.
Dans ce contexte, les Levalloisiens s’organisent comme ils peuvent et, par exemple, procèdent, dès 1857, à l’acquisition d’une pompe financée par souscription, donc avec leurs deniers personnels.
Mais la pompe est  remisée à Clichy ! Nicolas Levallois intervient, vigoureusement, auprès du Conseil municipal clichois et obtient qu’elle soit transférée au 29 rue Chevalier (actuelle Louis-Rouquier).
Le Village Levallois  ne cessant de croître, une compagnie autonome de sapeurs-pompiers y est créée vers 1863. Son premier chef, et créateur, est le sergent Eugène Souchard. La compagnie compte 21 hommes. La plupart sont des artisans, menuisiers, charpentiers ou tonneliers.
Un peu plus tard, le bataillon des Sapeurs-Pompiers de Paris devient, lui, un régiment, par décret impérial du 5 décembre 1866, et sa zone d’action est étendue à tout le département de la Seine, dont Levallois fait partie (cette modification laisse cohabiter le système de pompiers militaires professionnels et de volontaires jusqu’en 1940).

La première caserne levalloisienne de sapeurs-pompiers digne de ce nom date de 1884, sous le mandat du maire Jean-François Trébois. La Municipalité décide en effet de remiser au 96, rue de Courcelles (actuelle Président Wilson) le matériel sur un terrain d’environ 570 mètres carrés.


Avec la modernisation de la commune et le développement de ses infrastructures, un nouvel ensemble, composé de l’Hôtel des Postes et d’une caserne de pompiers, est inauguré en juillet 1911 par le maire et architecte Edmond Lamoureux.

Cette caserne se situe avenue de la République, face à l’actuel monument aux Morts. Elle portera le nom de Caserne Levallois-Mairie. Sur le fronton du bâtiment, les inscriptions honneur courage , Dévouement finalisent son caractère solennel.


À partir de septembre 1918, face au grand nombre d’interventions dans les communes limitrophes, un poste de Sapeurs-Pompiers de Paris est implanté sur Levallois, à l’angle des rues Collange et Fazilleau (actuelle Jules-Guesde).
À cette date, les sapeurs-pompiers communaux du département de la Seine sont intégrés dans le corps des Sapeurs-Pompiers de Paris.

AU FIL DU TEMPS
Entre 1939 et 1942, ce centre de secours est déplacé au 155 rue Danton.
En 1967, le régiment des Sapeurs-Pompiers de Paris devient une brigade,  avec pour devise “Sauver ou périr”.

Bien plus tard, avec la restructuration de la ZAC Front-de-Seine, la municipalité décide de programmer la construction d’un nouveau centre de secours pour remplacer celui existant, particulièrement obsolète.
Situé à l’angle de la rue Danton et de l’avenue Georges-Pompidou, il est inauguré en 2003. Il permet aux sapeurs-pompiers de Levallois d’exercer leur mission dans d’excellentes conditions.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s