Marcel Cerdan. Une légende « aux mains d’argile » est née il y a 100 ans !

À Levallois, le patronyme de Marcel Cerdan évoque une allée, une rue, un parking, et un Palais des Sports moderne situé près du Front-de-Seine (Il accueille depuis 1991 toutes les grandes manifestations sportives dont certaines sont retransmises à la télévision). Ce nom est avant tout celui d’une légende de la boxe. Les archivistes vous proposent de retracer sa carrière fulgurante.

guerre-a-levallois028
Marcel Cerdan « le bombardier marocain » 22 juillet 1916-28 octobre 1949

Marcel Cerdan naît le 22 juillet 1916 à Sidi Bel Abbès en Algérie. En 1922, la famille Cerdan s’établit au Maroc, à Casablanca. Le père de Marcel monte un café-bal. Dans sa salle de danse, il aménage un ring qui est destiné aux exhibitions de boxe de ses quatre fils. Marcel y effectue son premier combat de boxe à l’âge de huit ans. En guise de victoire, il remporte une paire d’espadrilles.

Il connait une forte attirance pour le ballon rond, il est d’ailleurs un ailier de talent. Il sera sélectionné aux cotés de Ben Barek dans la sélection du Maroc et affrontera l’équipe de France pendant la Guerre.

Son père est son manager. En 1933, celui-ci confie son destin sportif à Lucien Roupp. La même année, Marcel dispute son premier combat professionnel contre Gomez à Casablanca. Il n’a que seize ans. Il combat dans la catégorie des Mi-Moyens et il en ressort victorieux aux points. A partir de ce moment, il enchaine les combats sans jamais être battu.

L’homme, un boxeur de légende

En juillet 1937, à sa majorité (21 ans), Marcel Cerdan signe son contrat avec Lucien Roupp. Il quitte le Maroc pour la France, et s’installe à la Celle-Saint-Cloud au camp d’entraînement du Vélo Club de Levallois. Paul Ruinart, ancien pistard (coureur cycliste), en est le directeur.

Le jeune boxeur talentueux connait sa première défaite le 9 janvier 1939. Cet évènement survient au Albert Hall de Londres, contre Harry Craster par disqualification.

Marcel Cerdan effectue deux carrières : la première en Mi-Moyen (welterweight) et la seconde, en Moyen (middleweight) à partir de 1945. Son palmarès sportif est impressionnant. Il livre 123 combats avec 119 victoires dont 61 par KO.  Il enchaine les titres, 5 fois Champion de France, 4 fois Champion d’Europe, une fois Champion du Monde des poids moyens en 1948. Il est surnommé « le bombardier marocain » et « The B52 ».

En juillet 1946, il combat contre Williams à Rolland Garros, et malgré une fracture à la main droite, il remporte le match ! Il gagne ainsi son « passeport » pour les USA. 5 mois plus tard, il rencontre Abrams au Madison  à New York. Il gagne aux points et conquiert New York et l’Amérique.

Marcel Cerdan est aussi connu pour sa relation avec la célèbre chanteuse Édith Piaf. Inspirée par cette passion, « la môme » écrira un de ses grands succès l’Hymne à l’amour. De façon peut-être prémonitoire, elle l’interprétera pour la première fois en septembre 1949 à New York (il décédera en octobre). Ce bijou de la chanson française sera enregistré en 1950.

Malheureusement, Marcel Cerdan trouve la mort dans un accident d’avion aux Açores le 28 octobre 1949. Il a 33 ans. La France entière porte le deuil et la légende laisse place au mythe.

Rue Marcel Cerdan, à Levallois, un buste en bronze est dédié à la mémoire du boxeur. Il a été réalisé à partir d’une œuvre du sculpteur Lyle Barcey et a été inauguré le 14 novembre 2003. Cet hommage montre aussi l’attachement de la cité levalloisienne à la boxe.

Publicités