Une gourmandise pour Valentin

 Le 14 février est une date symbolique pour certains d’entre nous… Pourquoi ?Traditionnellement, à la Saint valentin, on  offre des fleurs ou des chocolats à l’être aimé. Nous nous saisissons de cette occasion pour revenir sur une marque emblématique du savoir-faire français le « Chocolat Louit Frères  et Compagnie »

Des origines incertaines

La majorité des historiens s’accorde à penser que cette fête de la Saint Valentin trouve son origine dans la Rome antique, à l’époque de l’empire romain. En effet, pour certains, on doit la fête des amoureux à Claude II, empereur romain qui fait annuler toutes les fiançailles de l’empire pour éviter que ses soldats soient tentés de rester avec leur fiancée, plutôt que de partir à la guerre.

Furibond, Valentin, un prêtre catholique, décide de marier en secret les amoureux (la légende dit que les mariages ont eu lieu un 14 février). Découvert, il est envoyé en prison jusqu’à sa mort.

Pour d’autres historiens, la Saint Valentin trouve son origine au XIVe siècle en Angleterre, où l’on a prit l’habitude de former un couple au hasard. Cette coutume du « Valentinage » est née dans l’aristocratie. Une jeune fille était associée à un jeune homme et durant la journée, ils avaient des obligations l’un envers l’autre. Le Valentin et sa Valentine devaient s’offrir en secret des petits cadeaux et se faire des galanteries. Peu à peu, le « Valentinage » s’est enrichi de l’envoi de poèmes ou de billets.

Pendant la seconde moitié du XVe siècle, cette coutume se répend dans le monde latin, et c’est Charles d’Orléans qui l’introduit à la cour de France à travers l’œuvre d’ Othon de Grandson.

Cette tradition devient une fête commerciale aux Etats-Unis au milieu du XIXe siècle. Des fleurs, du chocolat et des petits présents s’échangent.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Du chocolat, mais pas que, à Levallois

L’histoire de la marque « chocolat Louit Frères et compagnie » commence dans le Sud-Ouest de la France. Paul Louit, ancien officier de l’Armée impériale retiré à Bordeaux, crée en 1825 la société « Chocolat Louit Frères et Compagnie ».

D’abord consacrée essentiellement au chocolat, l’entreprise s’ouvre à d’autres produits dès 1857, quand les fils de Paul reprennent la société. Plusieurs succursales ouvrent en France, donnant accès au marché national.

C’est à ce moment que la célèbre moutarde Louit est née. « Chocolat Louit Frères et Compagnie » devient la plus grosse entreprise du Sud-Ouest dans les années 1870. L’entreprise fabrique près de 2000 tonnes de chocolat par an à la fin du 19ème siècle. Une partie de sa production est exportée ce qui lui assure une renommée et une réputation internationale. En 1925, elle prend son nom définitif « Société Anonyme des produits alimentaires Louit Frères et Cie » et commercialise de nombreux produits de consommation comme le thé, la vanille, les pâtes, le tapioca, les fruits au vinaigre, les potages, les conserves de légumes et de poisson, et bien entendu la moutarde et le chocolat.

Pour faire face aux commandes de plus en plus importantes en région parisienne, un entrepôt-vente est installé en 1895 à Levallois, à l’angle des rues Gide (Paul-Vaillant-Couturier) et Victor-Hugo. Cette implantation levalloisienne est stratégique pour la marque. En effet, Levallois dispose d’un bon réseau de communication par voie ferrée et fluviale ce qui facilite  le transport des marchandises. De plus, la proximité des grands boulevards avec les grands magasins et les débuts de la société de consommation complètent l’intérêt de cette implantation.

Selon l’état des communes de 1903, la marque commercialise alors plus de cinq tonnes de chocolat et dix mille flacons de moutarde sous la marque Diaphane, de la crème de riz et des pâtes à potages dont le fameux « tapioca ». Avant la Première Guerre mondiale, la société remporte plus d’une soixantaine de récompenses, médailles et diplômes d’honneur pour l’ensemble de ses produits lors de concours ou d’expositions. La renommée de la marque est telle que la moutarde Diaphane trouve sa place sur les tables des premières classes sur le paquebot « Titanic ».

copie de chocolat louit001

Les entrepôts levalloisiens sont transformés en usine vers 1903 comme l’attestent les papiers à en-tête conservés au sein des Archives municipales. Le bâtiment est l’œuvre de l’architecte Léon Ordouille. Il est à noter que cet immeuble est transformé ac92044_1fi1451intelligemment aux débuts des années 2000 par une surélévation de deux niveaux en conservant les matériaux d’origine, ce qui assure une harmonie d’ensemble. Actuellement, la société EPSON France occupe l’immeuble.

 Des publicités pour les collectionneurs.

L’entreprise Louit est aussi connue pour les stratégies qu’elle a utilisés pour promouvoir ses produits. En effet, la marque a beaucoup utilisé les cartes postales et les petits cartons publicitaires dits « chromos ».

Ces cartes publicitaires ont été baptisées ainsi du fait de leur technique de fabrication, la chromolithographie. Ces images cartonnées produites par millions étaient remises aux clients mais surtout destinés aux enfants. L’intérêt était d’en faire collection et ainsi de fidéliser l’acheteur.

chocolat louit 004chocolat louit 001

Ces cartes postales témoignent des modes et des courants de pensée d’alors, utilisant tantôt l’humour, tantôt l’attendrissement pour attirer le regard. Leur verso fait la promotion directe des produits.

Durant la Seconde Guerre mondiale, en raison des difficultés d’approvisionnement des matières premières, l’entreprise Louit Frères abandonne la production de chocolat. La production des moutardes sous licence est confiée à la société italienne « Aromateria Italiana Radaelli » de Santa Margherita Ligure (près de Gênes) qui importe de France les matières premières. En 1957, les difficultés financières obligent les héritiers à dissoudre l’entreprise familiale.

Seul subsiste encore aujourd’hui sous cette marque, la gamme de moutarde ayant comme slogan « la tradition de la qualité ».

 

Article co-écrit avec Xavier T.

Publicités

« Inconnu à cette adresse ! »

Vous imaginez-vous écrire à un correspondant aux adresses suivantes : 5 chemin des cailloux, 12 rue des champs, 8 rue des frères HEBERT, 24 rue Eugénie, ou encore 28 rue du bois, à Levallois ? Et pourtant ! Ce sont des rues que vous connaissez, peut-être même y demeurez-vous, ou y connaissez-vous quelqu’un. Il s’agit de rues qui ont changé de nom au cours de l’histoire de notre ville.

La rue du Bois

La rue du Bois est l’une des voies les plus anciennes de Levallois, et elle traverse tout le territoire de la commune. Elle est déjà visible sur la carte des Chasses de 1764 (un siècle avant la création de Levallois). Entre 1848 et 1854 des travaux permettent à la rue du Bois de se doter d’un pavage, de caniveaux et de trottoirs. C’est le long de cette voie que Nicolas LEVALLOIS effectue ses premières ventes de terrains. Il y a installé son bureau à l’angle de cette rue et du chemin de Courcelles (actuelle rue du Président Wilson).

Au numéro 102 se trouvait la « Congrégation des Filles de la Charité de Saint Vincent de Paul ». C’était un établissement qui avait la garde des enfants des ouvrières de la parfumerie Gellé Frères, elle aussi installée rue du Bois. Quelques numéros plus loin, au numéro 163 se trouvait l’œuvre de bienfaisance « Les petites Sœurs des Pauvres de l’Assomption » depuis 1875.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La rue du Bois change de nom en août 1914, au décès de Jean-JAURES. Député et fondateur du parti socialiste français, il est assassiné le 31 juillet 1914 dans un café à Paris. La rue du Bois devient ainsi la rue Jean JAURES.

La rue des Champs

Antonin RAYNAUD (industriel et maire de Levallois de 1888 à 1890), propriétaire de la parfumerie ORIZA-LEGRAND,  installe son usine dans l’ancienne ferme de Courcelles. Cette rue porte le nom de « rue des champs ». Elle est percée dans le prolongement de la rue Poccard (actuellement Gabriel-Péri) au delà de la Planchette.

AC92044_1Fi1839

Par une délibération du 23 novembre 1945, le Conseil municipal la rebaptise rue Marie-Jeanne BASSOT. Ceci en hommage à la fondatrice de la Résidence sociale de Levallois  décédée en 1935.

La rue des Champs devenue rue Marie-Jeanne Bassot change à nouveau de nom suite à une délibération du 11 décembre 1989, et devient avenue de l’Europe, coupée par une place qui a conservée le nom de M.J.BASSOT.

La rue Eugénie

Coïncidence ou force du destin, Jean-Jacques PERRET achète des terrains au hameau de Champerret (ou champ pierreux, qui constitue une partie du futur village Levallois). Il divise  ses terrains en deux pour se construire sur la partie Nord une grande villa et conserve les terrains de la partie Sud. En 1822, il y tente une opération de lotissement de soixante terrains sur vingt hectares. Son objectif est de vendre de grandes parcelles pour l’édification de résidence de luxe.

Le nom « Eugénie » donné à cette voie aurait un double sens : les promoteurs du village Levallois sont pour la plupart des bonapartistes. L’épouse de Louis-Napoléon BONAPARTE se prénomme Eugénie (Eugénie DE MONTIJO, Comtesse de Teba). D’autre part, la fille de Jean-Jacques PERRET s’appelle elle aussi Eugénie.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Cette rue est macadamisée vers 1860. Du fait de son entretien trop onéreux, en 1895 elle est repavée avec les pavés d’autres rues refaites à neuf. Elle devient rue DANTON en 1883.

Le chemin des Cailloux

Le chemin des Cailloux venait du Guichet (une grande propriété de Clichy) et descendait jusqu’aux Gallipeaux (une remise à gibier). En 1837 la ligne de chemin de fer de Paris-Saint-Germain En Laye avait coupé ce chemin. Cinq années plus tard, soutenus par le Conseil municipal de Clichy, les habitants demandèrent sa réouverture auprès de la Compagnie.

La partie qui dépend aujourd’hui de Levallois, devient la rue de Metz en 1884. Au-delà de la route d’Argenteuil (actuelle rue Victor-Hugo), ce chemin se rétrécit en direction du hameau « les Gallipeaux ».

Le chemin des Cailloux est la future rue d’Alsace, percée dans les années 1870 pour desservir différents terrains. L’histoire quotidienne de ces rues nous échappe. Toujours est-il, qu’il a fallu une pétition des habitants de ce quartier en mai 1884 afin qu’il obtienne une borne-fontaine.  Au 39 de la rue d’Alsace vers 1886 le bal Chavannis bat son plein.

Au début des années 1970, dans le cadre de la rénovation urbaine du secteur IX, la rue d’Alsace devient une grande avenue, allant de la rue du Président WILSON à la rue Victor HUGO. Auparavant, celle-ci commençait à la rue Jules GUESDE et était bordée d’immeubles insalubres.

La rue des frères HEBERT

Les deux frères HEBERT (Julien et Prosper, respectivement menuisier et marchand de vin) sont des amis de Nicolas LEVALLOIS. Dès 1845, comme leur ami , et sans doute par son entremise, ils font partie des premiers acheteurs de parcelles dans le lotissement de la vigne aux Prêtres qui, l’année suivante reçoit le nom de village de Levallois.

Pour leur montrer sa considération, comme à son habitude, Nicolas LEVALLOIS donne leur nom de leur vivant à l’une des premières rues du village. Comme le veulent les us et coutumes de l’époque, (les rues portaient souvent le nom de propriétaires importants) plusieurs de ses amis ont également leur rue: FAZILLAU, GRAVEL, MARTINVAL, JABLOT, TREZEL, BELLANGER, POCCARD, VALENTIN… l’église Saint-Justin vient du prénom de son épouse qui est masculinisé pour l’occasion. Ce n’est pas si étonnant, car n’a t-on pas donné son nom au village !

La rue des frères HEBERT part du chemin du Bois et s’arrête au chemin de Villiers. En 1864, elle est prolongée jusqu’à la rue Saint-Eloi (actuelle rue COLLANGE). Cela ne vous aide pas à deviner son nom actuel ? Je vous donne donc des indices : coté Sud, on trouve les murs des ateliers Eiffel, cette rue comporte à cette époque 137 numéros impairs, 102 numéros pairs, finissant coté Seine. Cette rue est mêlée à la religion, mais aussi à l’éducation. En effet, , la première école de Levallois est aménagée en 1861 entre la rue JABLOT (rue RIVAY) et la rue des frères HEBERT (non, je ne vous le dis pas encore).

Dans cette rue, nous avons pu y trouver : un commissariat de police, le trésor public, deux écoles de danse, une école, un collège, différents commerces et artisans…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Elle  change de nom en 1927, sous l’impulsion du maire Louis-ROUQUIER. Elle est rebaptisée rue Édouard-Vaillant (socialiste français né à Vierzon en 1840, et décédé en 1915).

À suivre…

Une spiritualité lumineuse et colorée

Sainte-Bernadette est l’une des trois églises de la paroisse catholique de Levallois-Perret qui compte également Saint-Justin et Sainte- Reine. Située au 3 rue Ernest Cognacq, elle célèbre cette année ses 60 ans d’existence.

Une histoire récente

 L’Église Sainte-Bernadette a été construite en 1959 dans le cadre des chantiers du Cardinal, créés en 1931 par le cardinal Verdier afin de répondre à trois défis : les lois de séparation des Églises et de l’État de 1905, la crise économique et sociale de 1929 et la croissance rapide de Paris et sa région due à une immigration massive.

En effet, l’Église de Saint-Justin ne peut plus accueillir tous les fidèles de Levallois. Ainsi des nouveaux lieux de culte sont nécessaires. L’Église Sainte-Reine est construite (en 1956) près de Clichy-la-Garenne. Il est donc nécessaire d’en créer une côté Neuilly. La paroisse de Levallois dispose de terrains à proximité de la place de la Libération et de la Compagnie Saint-Gobain.

À cette époque, Saint-Gobain connait un important développement et ses bureaux sont disséminés dans Paris. Elle cherche à regrouper en un lieu unique ses services. Le choix se porte sur des terrains de part et d’autre de la rue de Villiers.

La Compagnie Saint-Gobain propose à la paroisse un échange de terrains et le financement de la construction de l’Église située au 3 rue Ernest Cognacq.

Les plans de la future église sont dressés en 1958 par les architectes de Saint-Gobain, MM. Bonnin et Gardet. Leur choix se porte sur l’alliance du béton et du verre qui est la spécialité de leur entreprise. La première pierre est posée le 25 janvier 1959 par Mgr Guilhem, archidiacre de Paris.

L’église est consacrée le 15 novembre 1959 à Sainte-Bernadette, en souvenir du premier centenaire des apparitions de Lourdes.

Bernadette Soubirous

Née le 7 janvier 1844 au pied du château fort de Lourdes, Bernadette Soubirous connaît une enfance malheureuse. Pauvre, chétive et asthmatique à la suite d’une épidémie de choléra, elle est placée par ses parents en 1857 à Bartrès, petit village près de Lourdes. En janvier 1858, Bernadette est accueillie à l’Hospice de Lourdes dirigé par les sœurs de la Charité de Nevers pour y apprendre à lire et à écrire afin de préparer sa première communion.bernadette-soubirous-5

Du 11 février au 16 juillet 1858, la vierge lui apparaîtra à 18 reprises. Le sommet de toutes ces apparitions sera le jeudi 25 mars 1858, fête de l’Annonciation où la Vierge Marie se présentera à elle comme étant l’Immaculée Conception.

Après ses évènements, Bernadette doit se prêter à de nombreux interrogatoires, parfois pénibles, de la part des autorités ecclésiastiques et civiles. Chargée de « transmettre le message de la Vierge et non de le faire croire », elle résistera aux accusations multiples de ses contemporains.

27545431_1807520069321617_7513871306521568740_n

En 1860, elle est admise à Lourdes comme pensionnaire à l’hospice des Sœurs de la Charité, elle s’y montre simple, docile, pleine d’entrain et de gaieté. En 1866, elle prend l’habit dans la congrégation des Sœurs de la Charité et reçoit le nom de sœur Marie-Bernard. En octobre 1867, elle fait sa profession religieuse. Le 16 avril 1879, après avoir été alitée durant de longs mois, elle meurt à 35 ans, en murmurant : « Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour moi, pauvre pécheresse. »

Elle sera béatifiée le 14 juin 1925 puis canonisée le 8 décembre 1933.

Une architecture peu commune

L’Église, de plan longitudinal, est orientée au Sud. Elle est composée d’un seul vaisseau et son chevet est plat. La façade principale, quadrangulaire est percée d’une porte à laquelle on accède par une volée de marches. La façade est ornée de vitraux et flanquée d’un pylône monumental en béton en forme de croix, plus élevé que l’église. Le mur latéral sud est percé d’une porte et de vitraux, œuvre de  Max Ingrand sur toute sa longueur.

L’église est couverte d’une toiture en terrasse et elle ne dispose pas de cloche.

L’édifice comprend deux niveaux, la nef se situant au second. Actuellement, l’édifice comprend deux autels.

Le vitrail a longtemps eu une fonction pédagogique. Au Moyen-âge, la plus grande partie de la population ne sait ni lire ni écrire. Comment lui faire connaitre la bible ? Le pape Grégoire le Grand met en avant la fonction pédagogique de l’image qui se déploie dans les églises. Le vitrail pourrait se définir comme un ensemble de bandes dessinées.

Les vitraux de Max Ingrand

« Ouverture de lumière divine dans l’Église », le vitrail, en plus de sa fonction pédagogique mise en avant par le pape Grégoire le Grand au XIe siècle, s’inscrit dans le sacré de l’édifice.

Techniquement, c’est un ensemble de pièces de verres épaisses découpées en différentes formes et maintenues entre elles par un réseau de plombs appelé résille. Un grand maître verrier se reconnaît à l’effet de lumière créé.

Maurice Ernest Ingrand, dit Max Ingrand naît le 8 décembre 1908. Après des études secondaires à Chartres, il fréquente de 1925 à 1927 l’école nationale supérieure des Arts décoratifs et rencontre Paule Rouquié qu’il épouse en 1931.

Jusqu’en 1939, le couple collabore à la décoration du paquebot Normandie et réalise ensemble la décoration et les vitraux monumentaux de l’église Sainte-Agnès de Maisons-Alfort, église de style art Déco classée depuis Monument historique.

Leurs œuvres sont présentées dans le Pavillon de la Presse et la Pavillon Pontifical à l’Exposition des Arts et Techniques de 1937. Max Ingrand figure parmi les lauréats d’un projet de douze verrières pour Notre-Dame de Paris qui est alors présenté. En 1938, le couple réalise une œuvre exceptionnelle à Bruxelles dans l’hôtel du baron Empain.

Mobilisé en 1939 puis fait prisonnier et envoyé dans un oflag de Silésie, Max Ingrand y découvre son talent de peintre. Dès 1945, il reprend son travail de maître-verrier. Du fait de la guerre, des milliers de vitraux doivent être restaurés ou remplacés et son entreprise devient florissante.

Il est également l’un des principaux collaborateurs des Monuments historiques.

M.Ingrand réalise entre autres, les fontaines lumineuses du Rond-Point des Champs-Élysées et la fontaine de la place Victor-Hugo.

En 1956, il entreprend une verrière de 1046 m² pour habiller l’église d’Yvetot. Il accumule les chantiers de décoration : hall d’entrée de la RTF, immeuble Peugeot avenue de la Grande Armée à Paris, piscine du paquebot France, fontaines des Champs Elysées.

Il décède à l’hôpital de Neuilly à la suite d’une mauvaise grippe en aout 1969.

Le vitrail de Sainte-Bernadette joue avec le soleil, la lumière court sur toute sa longueur comme pour évoquer une certaine progression spirituelle. Il transforme ce lieu de culte en véritable kaléidoscope. Le vitrail est ponctué d’oiseaux stylisés, de nuages et d’étoiles.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Article coécrit avec Xavier Theret

Repas de fêtes à Levallois au début du XXème siècle.

Au début du XXème siècle comme aujourd’hui, il fallait bien remplir, non pas son frigo, mais ses placards, ou « se faire un p’tit resto ». Le mois de décembre est connu pour être le mois des repas festifs. Je vous invite à un retour dans le Levallois gourmand du début XXe siècle pour déguster un repas préparé, soit par vos commerçants préférés, soit par vos restaurateurs. Depuis toujours l’alimentation a joué un grand rôle à Levallois. Sur un plan économique, la ville, de par sa situation géographique par rapport à Paris est un lieu où se concentrent les usines alimentaires, les entrepôts de comestibles, les magasins  et les marchés.

Préparez vos papilles !

Une petite aide pour « faire soi-même ».

Si l’on n’envisage pas de se rendre au restaurant, ou de faire appel à un traiteur (si ! c’était possible à cette époque), une seule solution : faire soi-même, et donc cela implique de faire des courses.

Allez au marché !

En ce début de XXe siècle, il existe deux marchés où s’approvisionner en denrées alimentaires sur la ville. Le premier se situe à la place de l’actuel marché place Henri Barbusse. Il présente déjà l’avantage d’être couvert, et est ouvert 3 matinées par semaine.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le second marché, consacré aussi aux produits de bouche (ainsi qu’au fourrage, ou nourriture pour les animaux), est installé place Châteaudun (l’actuelle Place Jean-Zay). Ces marchés se caractérisent par une abondance et une variété de produits provenant de l’ensemble de la France. Les marchés levalloisiens ont si bonne réputation pour la qualité des aliments que les habitants des communes voisines viennent s’y approvisionner.

AC92044_1Fi1521AC92044_1Fi1523_HD

Et si vous n’y avez pas trouvé votre bonheur…

Allez aux magasins !

Si de nos jours, le commerce de proximité est très présent sur la ville, il en était de même avant la Première Guerre mondiale. À l’évocation d’anciens magasins de type épicerie, le nom de Félix Potin revient inlassablement dans la mémoire collective. Mais il faut rappeler un destin similaire à Monsieur Potin : celui de Julien Damoy. Ce dernier naît en 1844 dans le département de l’Eure. Assez tôt, il anticipe l’envol de la consommation et le développement des magasins de détails. Julien DAMOY fonde une société en 1884 à Paris, boulevard de Sébastopol. Il révolutionne les habitudes, comme son concurrent Félix Potin, en assurant l’emballage de produits sous sa propre marque, et en disposant de ses propres usines –entrepôts et magasins. Il commercialise tous types d’articles comme le chocolat, le  fromage, la confiture… Et surtout, il organise un réseau de succursales partout en France.

À Levallois, la marque dispose d’une importante usine d’où sortent annuellement plus de 150 000 boîtes de légumes et de fruits. Les entrepôts levalloisiens ravitaillent Paris et sa région et occupent 90 employés et ouvriers.AC92044_1Fi1488

La seule trace de cette époque encore présente est l’immeuble à l’angle de la rue Henri Barbusse et de la rue Trébois. En 1905, l’architecte L. Meunier et l’entrepreneur E.Lavaud y construisent un immeuble, mitoyen à celui des établissements d’ A. Petit qui est sur la rue Trébois. Le rez-de-chaussée de ces deux immeubles abrite l’épicerie Damoy. En effet, il rachète les établissements A. Petit créés en 1887. L’intérêt architectural de ce bâtiment réside dans l’ornement de sculptures, guirlandes et chutes de fruits et fleurs. Les mosaïques indiquent la nature de produits vendus comme les vins fins, fruits, gibier … L’enseigne Julien Damoy ira jusqu’à implanter un pavillon à son nom à l’exposition coloniale internationale de Paris en 1931. Cette marque disparaît vers les années 1970.

Et si finalement, vous avez envie de vous faire servir…

Allez au restaurant ou faites appel à un traiteur !

Là encore, la ville disposait d’un grand nombre de cafés et restaurants. En 1904, selon l’annuaire, ils sont plus de 35. Certains ont une grande réputation auprès des Parisiens, notamment ceux situés sur l’Ile de la Grande Jatte, comme le Petit Poucet (qui existe toujours), le Moulin rouge ou l’Artilleur. Le cadre est idyllique pour le repas dominical en bordure de Seine.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Par ailleurs, il existe l’un des tous premiers restaurants créé sur Levallois en 1862 (rappelons que Levallois n’existe que depuis 1867).  Il s’agit du « restaurant de Courcelles » situé au numéro 41 de la rue éponyme (actuelle rue du Président-Wilson).

restaurant Jehlen bisIl est fondé par A. Jehlen. Ce restaurant est dans la lignée des bistrots parisiens et offre une cuisine raffinée dite « bourgeoise » avec une cave recommandée.

Les affaires tournent si bien qu’un second restaurant est ouvert en 1908 rue de Gravel (rue Aristide-Briand). L’établissement présente l’avantage de disposer d’une salle de billard mais aussi d’une vaste salle pouvant accueillir  300 personnes pour organiser des noces et banquets. Ce restaurant devient le haut lieu de la vie levalloisienne avec la succession de banquets annuels et bals organisés tout au long de l’année.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Mais il existait bien d’autres restaurants avec des spécialités selon l’origine géographique du restaurateur.

Pas envie de sortir ? Achetez vos petits fours à la Société Parisienne des Biscuits Millez, ou faites vous livrer à domicile. Christinet, situé à Paris place Pereire livre à domicile, et dans tout Levallois !

Pour les fêtes de fin d’année, au début du XX ème siècle, vous aviez l’embarras du choix !

 Article écrit avec les recherches de Xavier Theret